Poivre

Poivre de Madagascar, découverte de son île.

Poivre de Madagascar, découverte de son île.franck-deschamps-poivre

Le mois de novembre est celui des récoltes du poivre noir de Madagascar et également celui du poivre sauvage : le voatsiperifery. C’est une partie du monde que je ne connaissais pas, plus habitué à l’Asie pour la culture du poivre. Si vous découvrez  le monde des poivres ? voir les bases ici

Madagascar est également une terre de poivre. C’est avec un grand plaisir que j’ai pu découvrir et discuter avec les agriculteurs et cueilleurs de cette épice.

Le vol depuis Paris  dure de 10 H à 12 H suivant les vents, 9000 km à parcourir.

Un avantage, peu de décalage horaire. Entre 1 et 2 heures suivant l’heure d’hiver.

Les saisons sont inversées, c’est l’été qui commence. Arrivé à Tananarive, la capitale, on est immédiatement happé par l’ambiance, la chaleur, le bruit, les couleurs. Je vais aller vers le sud, puis vers l’Est pour rencontrer d’abord des cueilleurs de Voatsiperifery, puis des planteurs de poivre.

Direction Ambositra, je loue une voiture avec un chauffeur. Ici il faut avoir une conduite « locale ». Klaxonner et prévoir les trous dans la chaussée est un minimum pour pouvoir conduire. Je ne m’aventure dans ce domaine.

La capitale disparaît pour laisser la place à des rizières qui bordent la route, la terre rouge apparaît avec ses maisons de brique. Les habitants prennent la terre sur place, façonne des briques, les sèchent au soleil puis dans un four. Pour les toits, ils utilisent dans les villages des feuilles de palme. Les paysages sont magnifiques, Il faut savoir que la capitale est à plus de 1000 mètres d’altitude. Les paysages sont arides, sec avec parfois des vallées verdoyantes grâce aux rivières et aux rizières.
poivre-franck-deschamps

 

10 heures de routes plus tard j’arrive à Ambositra. Un hôtel, une douche, une bonne nuit de sommeil et rencontre demain avec les cueilleurs de Voatsiperifery.

 

Poivre

Andaliman. Retour de l’île de Sumatra

Le poivre d’Andaliman d’Indonésiepoivre-andaliman-toba

début février, j’ai découvert sur internet un  poivre qui m’a beaucoup intéressé. Il développe des saveurs d’agrumes très particulière, est très peu connu en France, pousse à l’état sauvage: le poivre d’Andaliman.

Une rapide recherche sur Google maps me donne son lieu de récolte sur une ile dans une ile au milieu d’un volcan éteint proche de l »équateur.

Le pays: L’Indonésie, l »île de Sumatra, lac Toba, île de Samosir, 11000 km de la France

Après avoir gouté ce poivre, j’ai vraiment envie de mieux le connaitre. je prends un billet pour Sumatra via Singapour.

Premier pas sur l’île de Sumatra à Medan, la chaleur, l humidité le bruit, on est immédiatement happé par le climat équatorial. après une nuit sur place, je loue une voiture avec chauffeur et direction Parapat, le port en face de cette fameuse île.

100 km de foret, soit 4 heures de voiture, me font traverser de grandes étendues de palmier. L’industrie de l huile de palme rase les forets et plantes des kilomètres de palmiers.

Au détour d’un virage le lac apparait, on est à 800 mètres d’altitude, au bord de cet ancien volcan. 

Petit pause dans un restaurant en face du bateau qui va m’emmener sur l’île, je commande un chicken rize, (poulet frit et riz) il me propose une sauce pour le poulet, elle est aromatisé à l’Andaliman. un délice, je demande où il se fournisse ? Le cuisinier se retourne et pointe de doigt l’île de Samosir. Je suis sur le bon chemin.Sauce-au-poivre-andaliman

Arrivé sur l »île, direction mon hôtel, 2 heures de routes, puis enfin mon hôtel sur les rives du lac. Je prends mon diner sur la terrasse face au lac, poisson grillé et sauce Andaliman. Ce poivre est partout dans leur cuisine, il le mélange avec un peu (beaucoup) de Chili. c’est leur poivre.

je demande au cuisinier où je pourrai rencontrer les cueilleurs de ce poivre. La chance me sourit. son cousin le récolte actuellement, un coup de fil, on se donne rendez-vous demain à 10 heures

L’île possède de petites montagnes en son centre, c’est là où nous allons. 1 heure de route et plusieurs appels téléphoniques pour trouver le bon chemin, soudain un homme en scooter nous fait signe. C’est mon contact, il nous emmène sur le lieu de récolte.

On se gare au bord de la route, il y a 10 minutes de marche dans la forêt pour rejoindre les cueilleurs. La foret nous entoure, bruit d’oiseaux de vent, de craquements. Mon guide s »arrête et me pointe un arbuste recouvert d’aiguilles, quelles baies rouges attachées aux branches ici et la là. je suis arrivé.

La récolte est très difficile. c’est petites baies sont protégées par des épines d’un demi centimètre tout le long des branches, Les cueilleurs ont des gants, des écharpes, des bottes et tout cela sous 30 degrés.

rencontre-fermier-andaliman

A la dégustation, le poivre développe une belle palette citron, orange. Un goût intense, un véritable luxe de pouvoir le déguster frais.

Magasin de poivre Andaliman

Poivre

Conférence sur le poivre

conférencier

Conférence sur le poivre

Il y a quelques mois, j’ai posé cette question à mes clients: « comment mieux faire connaitre cette épice » ? Parmi les différentes suggestions, j’ai retenu celle de faire des « dîner conférence autour du poivre ».

J’ai été très chaleureusement reçu par le Kiwanis club de Dunkerque hier soir.

Une semaine auparavant, j’avais proposé deux poivres au chef Pascal Fontaine du restaurant Les Jardins Du Soubise où se déroulait la conférence.

La première heure nous avons vu ensemble les lieux de production, comment il est cultivé puis récolté à travers un diaporama de mes différentes visites de plantation en Asie et en Inde.

Puis à travers des kits de dégustations les invités ont pu déguster 10 poivres très différents.

Ensuite nous nous somme régalés avec un dîner autour du poivre: magret de canard au poivre sauvage de Voatsiperifery et salade de fraise au poivre de Timut (timur) du Népal. J’ai été bluffé par le dessert, la touche d’agrume qu’apporte le poivre est parfaite, à la fois délicate et équilibrée. Une très bonne idée à retenir.

L’échange était très agréable. Lors de la dégustation des différents poivres mis à disposition sur les tables, j’ai retrouvé chez les convives le même étonnement que j’ai ressenti à la découverte de ces saveurs si différentes les unes des autres.

Les invités ont pu, à travers différentes photos, découvrir les lieux de production, la culture, la récolte, le tri, les différentes couleurs du poivre et les déguster.

Si vous souhaitez vous aussi organiser une conférence : Contact

 Facebook

Envie de mieux connaitre

le poivre ?

Guide gratuit offert

 

 

Entrez votre email et recevez

Le Guide des poivres

gratuitement

Votre guide des poivres vient de vous êtres envoyé par email,

bonne lecture